lundi 27 décembre 2010

This is the end

Chers lecteurs,

Il y a deux ans je me lançais dans l’aventure de ce blog.
L’idée était, je me cite, « de graver sur l'écorce du Web, les souvenirs de plusieurs années de rendez-vous galants avec l'écriture. » Avec le recul, je dois avouer que je trouve l’expression bien pompeuse !
Après environ 8000 visites, 220 messages et 424 commentaires, il est temps de tourner la page.
La première publication que j’évoquais en janvier 2009, mon premier grand bonheur d’écrivain, était « Cat People », nouvelle parue en janvier 2007 dans le magazine Black Mamba.
Depuis, il y en a eu beaucoup d’autres, aussi bien en France qu’au Canada, dans des fanzines, des webzines, des revues professionnelles et des anthologies. La dernière en date est « Sous l’aile de l’ange », curieusement l’un de mes premiers textes, qui sortira en janvier 2011 dans l’anthologie « Afrique(s) » chez Parchemins et Traverses.
La boucle est ainsi bouclée.
Bien sûr, il y a eu aussi la publication de mon premier roman « Les fantômes du Panassa », lauréat du prix du jury du roman de l’été Femme Actuelle 2009 et quinze mois plus tard, après bien des déboires, celle de mon recueil de nouvelles policières « Mortelles attractions ».
Vous avez pu suivre, tout au long de ces deux années, les moments de bonheur d’un artisan écrivain, mais aussi ses instants de doute. J’espère que mes messages ont été utiles à certains pour mieux comprendre et se préparer aux aléas d’une carrière d’écrivain. Le choix d'un bon éditeur est ici primordial.
De votre côté, amis lecteurs, vos commentaires et vos messages de soutien, me sont souvent allés droit au cœur et m’ont encouragé à persévérer et à aller de l’avant.
Je vous en remercie sincèrement.
Mais…, car vous sentez bien qu’il va y avoir un « mais », il est temps pour moi de passer à autre chose. De tirer un trait sur ces deux ans. De faire peau neuve.
Alors « Ecrits et Chuchotis », symbole de cette période, c’est terminé.
Je n’abandonne pas pour autant l’écriture, soyez sans crainte ! La passion est toujours là, bien vivace. Je compte même y consacrer plus de temps mais en évitant, cette fois, certains écueils.
Je croise les doigts pour que ça marche.
Et peut-être qu’un jour, comme moi, « Ecrits et Chuchotis », réapparaîtra sous un autre nom !
Alors, so long à tous et bonne route !

samedi 25 décembre 2010

Sous cette couverture se cache un texte inédit de YDC !

Quel texte de YDC se cache dans le dernier Borderline ?

La revue Borderline publie ce mois-ci une de mes nouvelles. L’ennui c’est que je ne sais pas de quel texte il s’agit !
Je leur en avais envoyé plusieurs, en 2007, sans jamais obtenir de réponse. Lionel le rédacteur en chef, soumis à la question sur un salon, m’avait alors avoué avoir eu un petit problème d’ordinateur - textes et adresses des auteurs envolés ! Vous y croyez vous ? - et demandé de lui renvoyer mes textes.
Plusieurs de ceux-ci ayant été publiés entre temps, je lui en adressais donc de nouveaux. Las, ils ne convenaient pas (« Trop sex ! » selon le rédac chef). Désespéré, je fis une ultime tentative avec des textes plus softs. C'était en 2009 et depuis… rien.
Je croyais l’affaire classée. Je m’étais fait une raison : pas de texte de Yves-Daniel Crouzet chez Borderline.
Et que m’apporte le Père Noël dans sa hotte ? Une nouvelle publication avec une superbe couv’ (comme toujours chez Borderline). Il est pas gentil le Père Nowel ?
Alors si, comme moi, vous voulez savoir de quel texte il s’agit, il ne vous reste plus qu’à acheter la revue !
Le lien est le suivant : http://legendsleoben.free.fr/index.php?page=shop.product_details&product_id=24&flypage=flypage.tpl&option=com_virtuemart&Itemid=5

mardi 21 décembre 2010

Sous l'aile de l'ange

"Sous l'aile de l'ange" Dans l'anthologie Afrique-s de Parchemins et Traverses

En juillet 2001 je quittais la Guinée Conakry après cinq années passées au service de « la coop », la coopération française, comme on l'appelait à l'époque.
Cinq années parfois difficiles mais surtout formidables, qui me marquèrent fortement.
Le retour en occident fut rude. Je ne comprenais plus le monde dans lequel j'évoluais.
J'avais surtout l'impression d'avoir abandonné des amis. Un sentiment de culpabilité qui ne s'est jamais complètement dissipé et que les dons aux œuvres caritatives - morphine de ma mauvaise conscience - sont bien incapables d'effacer.
Un an après mon retour en France, je décidais de me remettre à l'écriture.
"Sous l'aile de l'ange" est l'un des premiers textes que j'ai écrit.
Le vague souvenir d'une histoire tombée de la bouche de mon père lorsque j'étais gamin et les murmures d’une Afrique toujours présente en moi, sont venus se mélanger pour composer un récit empreint de nostalgie et de fantastique soft.
C'est davantage un conte qu'une nouvelle. Le récit était un poil plus long au départ. La guerre entre la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria, y tenait une place plus large. J'avais tant de choses à dire. Tant de choses à extirper...
J'ai envoyé ce texte à Parchemins et Traverses en 2006, comme on lance une bouteille à la mer, sans trop y croire.
Je suis heureux qu'il ait été retenu et paraisse enfin quatre ans après.
Il n'est pas parfait, loin de là. L'histoire est classique, banale peut-être, mais il y flotte, je l'espère, un peu de ce parfum d'Afrique qui ne me quitte jamais.

L'anthologie Afrique-s est disponible sur commande.
Plus de détails à l'adresse suivante : http://parcheminstraverses.com/node/118

lundi 13 décembre 2010

Qui me trompe une fois, honte à lui, qui me trompe deux fois, honte à moi !

Après une multitude de courriels de plus en plus incendiaires, il semblerait que les choses se soient enfin débloquées. On peut trouver « Mortelles Attractions » sur commande à peu près partout sauf à la Fnac (Je cherche encore à savoir pourquoi.), ainsi que sur de nombreux sites de ventes par Internet.
Un peu tard ! Près de trois mois se sont écoulés depuis la sortie du bouquin ! En clair, le livre a été assassiné en beauté.
Mais comme à toute chose malheur est bon, j’ai beaucoup appris de cette désagréable expérience, la première étant qu’on ne me reprendra plus à travailler avec les mauvaises personnes !

mercredi 8 décembre 2010

Quelques astuces pour se procurer "Mortelles attractions" paru aux éditions Les Nouveaux Auteurs

Bon, alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas,
récapitulons : où peut-on trouver "Mortelles attractions" ?

Déjà sur les sites suivants :

http://www.lesnouveauxauteurs.com/docs/livre.php?id=1674

http://www.amazon.fr/Mortelles-Attractions-Crouzet-Yves-Daniel/dp/281950048X

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/crouzet-yves-daniel/mortelles-attractions,35529390.aspx

http://outremonde.fr/forum/librairie.php

http://www.priceminister.com/offer/buy/113164747/mortelles-attractions-de-yves-daniel-crouzet-livre.html

Sinon, je vous propose d'adresser votre demande par courriel,
directement aux Nouveaux Auteurs à l'adresse suivante :
contact@lesnouveauxauteurs.com accompagné du texte suivant :

Monsieur,

Je souhaite vivement acheter le nouvel ouvrage de M. Yves-Daniel CROUZET
"Mortelles attractions" paru chez vous en octobre dernier. Ne le
trouvant pas à ............... (compléter par le nom de la ville dans
laquelle vous résidez), je vous serais reconnaissant de m'indiquer
comment me le procurer.

Vous en remerciant, par avance, je vous prie d'agréer, Monsieur,
l'expression de ma considération distinguée.

lundi 6 décembre 2010

Un auteur souriant !

Le salon du polar de Montigny lès Cormeilles c'est fini !

Et un nouveau salon, un !
J'aime beaucoup le salon du Polar de Montigny lès Cormeilles. L'ambiance y est toujours très conviviale entre les passionnées de littératures policières, les promeneurs du dimanche et les auteurs au coude à coude sous la chaude lumière des projecteurs.
Cette année, le public n'était toutefois pas vraiment au rendez-vous, soyons francs. La faute à la neige qui s'était mise subitement à tomber le samedi et à des températures glaciales. A la crise aussi, selon certains qui avouaient disposer d'un budget plus restreint que les années précédentes.
Pas grave, ce fut l'occasion d'échanger avec des auteurs renommés et d'entendre de leur bouche quelques anecdotes et ficelles du métier. On apprend beaucoup au contact de ses aînés ; les Africains qui en sont bien conscients en ont même fait un proverbe que je ne vous ferais pas l'affront de vous répéter.
Comme toujours l'organisation était parfaite. Les lecteurs curieux mais souvent un peu intimidés par des rangés d'auteurs prêts à leur sauter dessus, étaient heureux lorsque, ayant franchi le pas, ils se retrouvaient à bavarder avec des écrivains disponibles qui n'expédiaient pas leurs dédicaces.
J'ai pu rencontrer les lauréats des prix du polar VSD et du prix du roman de l'été Femme Actuelle 2010. Claire Favan et David Moitet, très sympas tout les deux.
Je n'ai pas manqué de saluer aussi le vainqueur du prix Alibis 2010 en la personne de Richard Ste-Marie, un homme aux multiples talents (écriture, musique, arts visuels, radio...) d'une gentillesse et d'une simplicité exceptionnelles. Après David Sionnière, le lauréat 2009, très sympathique lui aussi, je me suis un moment demandé si tous les Québécois étaient de cette même bonne trempe où si la revue Alibis les triait sur le volet avant de nous les expédier !
J'espère bien le vérifier en 2011 !

lundi 29 novembre 2010

"Mortelles attractions" et "Les fantômes du Panassa" au salon du polar de Montigny-lès-Cormeilles 2010

Piqûre de rappel !
Pour ceux qui désespèrent de trouver un jour "Mortelles attractions" en
libraire (je commence moi-même à avoir de légers doutes - très légers notez bien - malgré le ton rassurant de mon éditeur qui m'assure qu'il met tout en œuvre pour
remédier à cette situation fâcheuse, dont il ne saurait être tenu pour
responsable.), je les invite à me rendre visite au 13ème salon du polar
de Montigny-lès-Cormeilles, les 4 et 5 décembre prochain.
J'y serai. "Mortelles attractions" y sera. "Les fantômes du Panassa" y
sera. Et peut-être même quelques exemplaires de la revue canadienne
Alibis. C'est dire si nous serons nombreux à vous attendre !
La dédicace est gratuite et en prime, mesdames et messieurs, j'offre une
accolade virile ou une bise suave (au choix) à tout acheteur de mon
intégrale publiée chez les Nouveaux Auteurs ! (bon, je sais, ça ne fait
que deux livres, mais techniquement ça reste une intégrale !)
Une offre comme ça, ça ne se refuse pas !

jeudi 18 novembre 2010

Détail de l'affiche de Frank Margerin pour le salon du polar de Montigny-lès-Cormeilles

Mortelles attractions sera au 13ème salon du polar de Montigny-lès-Cormeilles

En attendant de trouver "Mortelles attractions" dans toutes les librairies - "C'est la faute au distributeur Interforum !" dixit mon éditeur les Nouveaux Auteurs -, vous pourrez vous le procurer au salon du polar de Montigny-lès-Cormeilles qui se tiendra les 3, 4 et 5 décembre 2010.
Le libraire du salon m'a assuré avoir pu se procurer mon bouquin mais il a refusé de me dire comment il s'y était pris (il a de gros bras et est très persuasif, ça a peut-être joué...)

Le site internet de cette treizième édition du salon est en ligne. En voici l’adresse : www.salondupolar.com

C'est Frank Margerin, le dessinateur du mythique Lucien, qui a prêté son trait au dessin de l’affiche.

lundi 25 octobre 2010

Après "Les fantômes du Panassa", les "Attractions fantômes" !

Vous pensiez peut-être que, mon recueil de nouvelles sorti, j'étais au bout de mes peines ? Qu'il ne me restait plus qu'à me frotter les mains et engranger tranquillement mes droits d'auteurs ? Peinard... un salon pas ici, quelques dédicaces par là.... L'intro de "Money" dans les oreilles.
Ah, Ah, Ah ! Innocents ! C'était compter sans la malveillance de dieux sournois... De dieux ? Et s'il s'agissait plus prosaïquement d'humains ?
"Mortelles attractions" est officiellement sorti le 7 octobre dernier. J'ai des preuves, ouais ! Je l'ai eu entre les mains. J'ai feuilleté ses pages. J'en ai un exemplaire dans ma bibliothèque. J'ai même participé à la Fête du livre de Saint-Étienne pour le défendre. Il ne s'agissait donc pas d'un exemplaire unique ! Si vous ne me croyez pas vous n'avez qu'à regarder la photo ci-dessous pour vous en convaincre !
Et pourtant... Et pourtant le livre n'existe pas !
C'est en tout cas ce que m'ont dit plusieurs libraires rencontrés ces derniers jours. Il ne figure sur aucune base libraires ou presque (à part Medialog alias Tite Live, si ces noms disent quelque chose à quelqu'un !) Alors, impossible de se le procurer.
Sauf si je me mets au porte-à-porte, difficile de le vendre dans ces conditions.
Une petite exploration des sites de ventes en ligne est, à cet égard, édifiante : "Mortelles attractions" n'est pas référencé à la FNAC, PRICE MINISTER, DECITRE, ALAPAGE, LA PROCURE. Seul AMAZON et CHAPITRE le référence est encore est-il marqué pour le premier "Bientôt disponible" et pour le second "visuel non disponible".
Bien courageux et déterminé celui qui voudrait l'acheter !
J'ai bien sûr informé mon éditeur de cette "anomalie". Lui et le distributeur se renvoient la balle. "Pas ma faute, moi" entonnent-ils dans un vibrant hommage au rappeur et poète "Faf Larage".
Bon, j'fais quoi moi dans tous ça ? J'compte les points ? Il faudrait encore que je connaisse les règles de leur jeu à la c...
Mais j'y pense ! Y'a bien une possibilité... Et si nous nous trouvions en face de ce bon vieux concept économique de rareté ? Ce qui est rare est cher. Regardez l'essence, le caviar, les sacs Vuitton, les bons joueurs en équipe de France (cherchez, le ou les intrus !) Bon sang, mais c'est bien sûr ! Ils sont en train de faire de "Mortelles attractions" un collector.
D'ici quelques années, on revendra les stocks à prix d'or. Cool...
Il ne me reste plus qu'à attendre en me frottant les mains.
Yeah, j'ai déjà la musique de Pink Floyd dans les oreilles. Pan-panpanpan-pan...
J'adore... Mmmm... J'espère quand même que ça ira assez vite cette histoire de collector.
Pas envie de sucrer les fraises avec mon or, moi....

lundi 18 octobre 2010

La magie des salons

La 25ème édition de la fête du livre de Saint-Etienne vient de se terminer.
Le bilan global est assez mitigé et, entre les manifestations contre la réforme des retraites, les grèves dans les transports, la crise économique et un temps exécrable (Il a neigé non loin de Sainté !) la fréquentation a été très inférieure aux années précédentes. Beaucoup d'auteurs n'avaient d'ailleurs pas pu venir et ceux qui étaient difficilement arrivés jusqu'à la ville aux sept collines, n'avaient qu'une inquiétude : ne pas pouvoir en repartir !
Ce constat fait, "Mortelles attractions" et "Les fantômes du Panassa" se sont plutôt pas mal défendus. Le nombre de signatures s'est révélé à peu près le même que celui de l'année dernière.
Sans doute même un peu plus.
J'ai eu l'immense plaisir de retrouver d'anciens lecteurs et je l'espère d'en conquérir de nouveaux.
Mais le moment le plus insolite s'est déroulé à un quart d'heure de la fermeture du salon, le dimanche 18 octobre.
Deux lecteurs se mettent à discuter devant mon stand. Le premier vante au second, avec enthousiasme, les qualités de mon roman. Dès qu'il a terminé, l'autre, (qui a acheté mon recueil la veille), se lance à son tour dans un superbe panégyrique de "Mortelles attractions" (partiellement lu dans la nuit précédente !). Sous mes yeux ébahis, ils décident alors, sans même se connaître, de s'offrir mutuellement le livre qu'il leur manquait !
Je n'eus même pas mon mot à dire dans cette histoire insolite autant que magnifique ! Je me contentais, parfaitement hilare, de rédiger des dédicaces croisés, puis de les regarder s'en aller ensemble poursuivre leur conversation dans le bar le plus proche !
"Mortelles attractions" ? Que nenni : "Incroyables attractions", c'est ainsi que j'aurais dû appeler mon recueil !

PS : Un grand merci à tous les membres de l'association Lire à Roche la Molière et au public chaleureux qui est venu m'écouter vendredi soir au théâtre municipal de la ville.

lundi 11 octobre 2010

Fête du livre de Saint-Etienne

Venez me retrouver les 15, 16 et 17 octobre prochain à Saint Etienne, sous le chapiteau de la Grande Librairie, place de l'Hôtel de ville, au stand de la Librairie de Paris.
Horaires d'ouverture :
- Vendredi 15 octobre : de 9 h à 19 h
- Samedi 16 et dimanche 17 octobre : de 10 h à 19 h

jeudi 7 octobre 2010

Mortelles attractions sera à la Fête du livre de Saint-Etienne...

Cette année c'est Enki Bilal qui sera le parrain de la 25ème édition de la fête du livre de Saint-Etienne (j'espère que je serais à côté de lui et que j'arriverais à lui soutirer un crobard !)
Plus de 350 auteurs seront présents sur trois jours.
Un évènement à ne surtout pas manquer !

http://fete-du-livre.saint-etienne.fr/

lundi 4 octobre 2010

Yves-Daniel CROUZET World Tour

Il ne suffit pas de sortir un livre, il faut encore le promouvoir ! La participation aux divers salons et fêtes du livre est un "incontournable".
Je suppose que certains auteurs n'aiment pas ça, cette promiscuité avec le public, ce côté vendeur à la criée d'une œuvre intellectuelle. Moi j'adore. C'est un peu comme de monter sur scène et de hurler "I'm back in a saddle again !" devant des milliers de personnes. Impression de vivre. Envie de crier "vous m'avez manqué !". Ouais, j'aime ça !
Le Yves-Daniel CROUZET World Tour, ou plutôt le Yves-Daniel CROUZET Régional Tour, va bientôt commencer. (Je m'attaquerai au marché international plus tard, une fois mon emprise sur la campagne française bien établie !)

Les étapes de ma tournée devraient être les suivantes (sous réserves de confirmation) :

- Roche-la-Molière : Lire à Roche : 15 octobre 2010
- Saint-Étienne : Fête du livre : 15, 16 et 17 octobre 2010
- Fayence : Salon du livre : 30 et 31 octobre 2010
- Paris : Festival Paris Polar du 3 au 14 novembre 2010
- La Bresse : salon du polar : 19, 20 et 21 novembre 2010
- Montigny-les-Cormeilles : salon du polar : 4 et 5 décembre 2010
- Drap : salon du polar : 4, 5 et 6 février 2011.
- Provins : salon du livre : février 2011
- Bagneux : Festival les mondes imaginaires Zone Franche 2011 : 5 et 6 mars 2011
- Lyon : Quais du Polar : 25, 26 et 27 mars 2011
- Lens : Salon du livre policier : 27 et 28 mars 2011
- Neuilly-Plaisance : week-end noir de Neuilly-Plaisance : avril 2011
- Cognac : festival du polar : octobre 2011
- Rossy-en-Brie : festival du polar : octobre 2011

Je vous tiendrai informés au fur et à mesure des confirmations.

Let's go Rock n' roll !!

mercredi 29 septembre 2010

"Mortelles attractions" la couv !


"Mortelles attractions" succède aux "Fantômes du Panassa"

Et voilà, les derniers détails ont été bouclés.
Le livre est chez l'imprimeur. J'entends d'ici les rotatives.
Le prix sera finalement de 16,90 euros (l'inflation va vite, hein !)
J'attends vos réactions sur la couv !

samedi 25 septembre 2010

Le nouveau Yves-Daniel CROUZET bientôt dans les bacs !

Bon, les choses commencent à prendre tournure ! Et plutôt bien !
Je viens d'effectuer une ultime relecture du manuscrit. Ca me rappelle des souvenirs... Bons et moins bons... Vous vous souvenez du coup de la "beurette" transformée en "métisse" sur "Les fantômes..." et des coquilles cocasses que cela avait entraînées ?
Pas de bourdes aussi grossières cette fois, mais il faut ouvrir l'oeil. Et puis il y a toujours un mot à changer, une phrase à rendre plus fluide, voire... une chute à peaufiner ! C'est important les chutes dans les nouvelles !
J'ai aussi la couv, enfin ! Vous la verrez bientôt.
Par contre, j'ai appris que le livre ne bénéficiera pas d'une coédition Prisma Presse (pas cool ça ! Surtout pour la pub !) "Délais trop courts" m'a-t-on répondu. C'est vrai que j'avais un peu tardé à envoyer mon manuscrit, hein ?!
Le livre devrait être vendu 15,90 euros TTC pour 300 pages environs. Ca va, non ? Même pas le prix de deux places de cinéma et le plaisir "Oh, Oui ! Oui ! Encore !" est bien plus long !
Le tirage sera inférieur à celui des "Fantômes..." mais c'était couru et tout à fait normal. Je vous rappelle que c'est un recueil de nouvelles - un genre mal aimé des Français - et il n'a gagné aucun prix (enfin pas encore !)
Tiendrons-nous les délais ?
Je commence à y croire !

mercredi 15 septembre 2010

"Mortelles attractions" corrigé !

Une nouvelle étape vient d'être franchie : le manuscrit de "Mortelles attractions" est chez la correctrice.
Cela ne donne pas lieu aux mêmes difficultés que pour "Les Fantômes...".
Peut-être que je me suis amélioré (on peut toujours rêver !).
Si je calcule bien on est à J -9 de la date officielle de publication !
Je n'ai pas encore vu la couverture et il reste une foule de détails à régler dont certains de première importance (contrat, distribution...)
Ça fait peur, hein ?
Oui, ça fait peur !

mardi 31 août 2010

"Celui qui voit poindre l'aboutissement de son projet"

Pour ceux que ça intéresserait, et là je pense plus particulièrement aux récents lauréats des concours organisés par les Nouveaux Auteurs, je poursuis le descriptif du processus de publication d'un second ouvrage chez ledit éditeur.
"Processus", un mien ami a ricané à l'emploi de ce mot. Son expression à lui était "chemin de croix".
Un calvaire ? 'Faut pas exagérer ! Quid des quatorze stations, alors ? Et quel serait alors le numéro de cette étape ?
Je l'ignore. En tout cas, on pourrait la nommer "Celui qui voit poindre l'aboutissement de son projet".
Les éditeurs et les auteurs ne prennent pas de vacances, c'est connu : ils préparent la rentrée littéraire de septembre.
Mais pour qu'il y ait rentrée, faut-il encore qu'il y ait livre. Et pour qu'il y ait un livre, il faut qu'il y ait un numéro ISBN.
ISBN, Késako ?
"L’ISBN est un numéro international normalisé permettant l’identification d’un livre dans une édition donnée. Selon le décret n° 81-1068, du 3 décembre 1981, pris pour l’application de la loi relative au prix du livre, ce numéro doit figurer sur tous les exemplaires d’une même œuvre dans une même édition." Ce n'est pas de moi, je vous rassure, c'est de l'AFNIL (Agence Francophone pour la Numérotation Internationale du Livre)
Sans ce numéro, pas de livre. C'est comme ça, il faut s'y faire ! A moins que vous ne vouliez dupliquer votre manuscrit par vos propres moyens et le vendre ensuite au porte-à-porte.
Août a donc été pour moi le temps de l'ISBN (et d'un soleil capricieux, il faut quand même le dire !)
L'ISBN de "Mortelles Attractions" est 978-2-8195-0048-3. Poétique, non ?
Peut-être pas, mais ça ouvre des portes ! La preuve : me voici officiellement invité à la 25ème édition de la fête du livre de Saint-Etienne ! Tous frais payés, train, hôtel, repas et Zahia ! Cool !
Date de parution prévisionnelle du chef d'œuvre : 24 septembre 2010.
Petit nuage à mon bonheur : des doutes subsistent encore sur une coédition avec Prisma Presse.
Hé ! Voilà un point qu'il est important ! Très !
Une coédition LNA-Prisma signifierait un tirage plus important et, peut-être, un peu de pub dans les journaux du groupe Prisma.
Sans ce partenariat, "Mortelles attractions" subira une sortie plus confidentielle et vous ne pourrez l'obtenir que sous le manteau, auprès de votre dealer habituel au bout de la rue sombre que vous savez, ou dans l'arrière boutique d'un vieux Chinois décati qui s'efforcera de vous refiler par la même occasion un Mogwaï aux yeux larmoyants (le vénérable ancêtre est devenu très vénal !)
Je croise donc les doigts pour que ça marche et regrette amèrement de ne pas avoir déployé mon grand numéro de charme lors de ma rencontre avec la charmante Muriel Picard, rédac-chef de Femme Actuelle !
Mon éditeur m'a dit qu'il s'en occupait (pas du numéro de charme ! De la coédition ! Suivez, bon sang !).
Il faut faire confiance à son éditeur. Il faut faire confiance à son éditeur. Il faut faire confiance à son éditeur. (Répétée trois fois avec une vive ferveur, cette incantation acquiert aussitôt un statut magique. C'est le vieux Chinois qui me l'a certifié)
Qui dit publication, dit aussi correction du manuscrit (tapuscrit pour les puristes). Là aussi, c'est en cours.
Je suis entré en contact avec Virginie Ripond. Très sympa et pleine d'humour. Surtout à mes dépends quand j'y pense... et curieusement sur de stupides positions de l'Académie Française au sujet de certains accords ! Non, je déconne : Virginie est une perle et le fait qu'elle a beaucoup aimé mes histoires noires et cruelles et qu'elle prend plaisir à les corriger n'est absolument pour rien dans cette appréciation. Promis, juré !
Je vous recommande d'ailleurs son site : http://www.le-mot-juste.net/ , car elle est aussi auteur, éditrice et écrivain public ! Respect !
Bon, j'ai été un peu long, il me semble.
Ça ressemble méchamment à un message de rentrée, non ?
Eh bien, justement, c'en est un !
Alors... bonne reprise à tous et bon courage aux auteurs en herbe !

PS : Un petit bonjour aux Crouzet's friends, bien silencieux ces temps-ci. Je pense à eux.

jeudi 19 août 2010

Rêveries au bord de la piscine.

C'est toujours l'été, alors ne comptez pas sur moi pour sortir de mon transat !
Derrière les verres fumés de mes Ray-Ban, je lève les yeux de mon livre ( "Pouvoir et Puissance" aux Editions Sombres Rets - http://sombres-rets.fr/ -) et observe le panorama alentour. L'eau de la piscine est si bleue que c'en est presque douloureux. Heureusement, de temps à autre, un long corps gracile s'élance du bord et, fendant l'air, s'y immerge dans une explosion d'argent. Des cris de joie et des rires fusent et couvrent un instant, mais un instant seulement, le chant des cigales.
Il fait chaud. Dans mon verre les glaçons tintinnabulent gaiement. La Caïpirinha est fraîche. Je porte le verre glacé à mon front. Dieu que c'est bon !
"Monsieur Crouzet ?" lance soudain une réceptionniste sanglée dans un uniforme beaucoup trop ajusté sous une telle chaleur.
Je lève une main fatiguée en la regardant naviguer jusqu'à moi entre les corps alanguis.
Sûr que cette petite serait mieux en maillot de bain. Ou même sans rien...
"Un message pour vous, monsieur Crouzet".
Elle me tend un plateau d'argent sur lequel repose une petite enveloppe.
Derrière mes lunettes, je lorgne sans vergogne le sillon luisant qui sépare sa poitrine bronzée et généreuse.
Bon sang, je suis en plein SAS, là ! je me dis à demi hébété.
"Merci !" je souffle en me saisissant du carré de papier.
Je songe à lui demander à quelle heure elle finit son service, mais déjà elle s'en va, chaloupant sur ses talons aiguilles et me raillant de son postérieur provocant.
Je soupire... Mon gars, t'es trop vieux pour ces conneries ! Reprend une gorgée de cocktail et arrête de rêver !
Je tourne l'enveloppe entre mes doigts. Juste mon nom dessus... Une écriture féminine toute en courbes harmonieuses et sensuelles.
Le message d'une admiratrice sans doute. Moi qui voulais passer incognito !
Regard circulaire sur les privilégiés qui squattent la piscine. Peut-être la coquine est-elle ici et m'observe-t-elle, impatiente, le coeur battant d'espoir...
Est-ce la brunette sur la droite ? La plantureuse blonde en face de moi sur l'autre rive ? Ou cette sublime beauté noire à ma gauche ?
Je pose mon verre et décachette l'enveloppe, le sourire aux lèvres.
Je tire le papier à lettre couleur parme. Ça s'annonce bien !
Et je lis :

Cher auteur,

Je vous prie de trouver, ci-après, le sommaire de l'anthologie Afrique(s) à paraître aux éditions Parchemins et Traverses en septembre 2010 :

Toumaï transfert, Don Lorenjy

Les crimes des aïeux, Réjane Durand
Au pied du fromager, Ebatbuok
La reine, Kaily Caine
Ebola, Eve oemor
Yurugu, Gabriel Féraud
Sous l'aile de l'ange, Yves-Daniel Crouzet
Singeries, Meddy Ligner
Issue de la glaise, Sophie Dabat
Mirages, Pierre Cuvelier
Dala et madame Scar, Perrine Le Querrec
M'bakiri, Fred Guichen
Toumaï tango, Don Lorenjy
Qui suis-je ? dit le klapoutcheewoc, Timothée Rey

Bonne continuation.

S

PS : La prochaine fois, merci d'utiliser le correcteur orthographique intégré à tout bon logiciel de traitement de texte, car votre nouvelle nous a vraiment donné beaucoup de travail !

Brusque retour à la réalité ! Je regarde autour de moi, hagard. Le ciel me semble soudain gris. L'eau de la piscine d'un vert douteux. On dirait qu'on y a versé du Canard-WC. Les cris des enfants m'écorchent les oreilles. Mais où sont passées les sublimes créatures de tout à l'heure ? Une mère de famille tartine son époux de crème solaire. Un vieillard, tout en rides, achève d'entretenir son mélanome. Une adolescente famélique joue les Lolita avec ses lunettes en forme de coeur. Hallucinations ?
J'attrape mon verre sur le sol crasseux. Une Caïpirinha ? Que nenni : une triste bière fadasse !Un instant, je m'étais cru dans la peau de Son Altesse Sérénissime le Prince Malko Linge.
Un instant, je m'étais cru dans un palace.
Mais je suis Yves-Daniel Crouzet... au Camping des Flots Bleus !
Oups ! A la votre !

mardi 27 juillet 2010

Et un de plus dans la Matrice !

Créer un compte Facebook ? C’est ma sœur qui la première m’en a parlé. Face à son enthousiasme, mon accueil initial a été des plus tièdes. J’ai déjà un blog et ne suis pas un fan des nouveautés technologiques. C’est tout juste si j’ai un téléphone portable alors les réseaux sociaux, vous comprenez…
Et puis, petit à petit, l’idée a fait son chemin.
Puisque j’avais su créer un blog, pourquoi ne pas m’essayer maintenant à cet incontournable outil de communication qu’est Facebook ? On ne peut rester indéfiniment en dehors de la Matrix, n’est-ce pas ? Plus de 500 millions de personnes s’y sont mises à travers le monde, dont de nombreuses célébrités, acteurs, chanteurs, groupes, écrivains, hommes politiques…, alors pourquoi pas moi ?
Aussi, timidement, avec une circonspection toute terrienne, j’ai commencé à me renseigner, à glaner ici et là des informations. Facebook ou Twitter, Page Fan ou Groupe ? C’est quoi la différence ? Et pour quoi faire au juste ?
Voilà la vraie question ? Pour quoi faire ?
Réponse : pour élargir mon lectorat, ne nous voilons pas la face ! Car l’objectif d’un écrivain est d’être lu et si c’est par le plus grand nombre, il ne va pas s’en plaindre ! Mais pas seulement ! Aussi pour mieux communiquer avec les lecteurs qui m’ont suivi jusqu’à présent.
En effet, je ne compte plus le nombre de personnes qui n’ont pas su laisser un post sur mon blog. Et puis, j’ai toujours trouvé dommage que les visiteurs ne puissent communiquer entre eux, échanger leurs impressions en direct et doivent attendre que je publie leurs messages : pas très interactif tout ça !
Je vais donc tenter l’expérience Facebook… Je ne vous promets pas qu’elle ne fera pas long feu, mais on avance en marchant, n’est ce pas ?
Comme lors de mes premiers pas sur mon blog, soyez tolérants et compréhensifs. Envoyez-moi vos conseils (dans un style simple, par pitié ! Vous avez affaire à un homme préhistorique ne l’oubliez pas !)
Ah, j’allais oublier ! L’objet de cette page ? Le même que pour mon blog : vous faire partager les espoirs, les doutes, les coups de gueule et les colères, les petits et grands bonheurs, les projets, les échecs et, je l’espère, les réussites d’un écrivain amateur ! Sans oublier des brèves sur des sujets aussi divers que les derniers livres lus, les concerts, les films à voir et à revoir, les expos et tout ce qui me passera par la tête !
Il ne vous reste plus maintenant qu'à choisir : pilule bleue ou pilule rouge ?

dimanche 25 juillet 2010

Le réveil (3ème édition)

Il y a des nouvelles qui font gentiment leur petit bonhomme de chemin. Ecrite en 2007 en Martinique un jour de blues, elle a d’abord été publiée au Québec dans Horrifique, le plus vieux fanzine canadien en activité, puis fin 2009 dans l’anthologie Ténèbres 2008.
Eh bien, voilà t’y pas que le fanzine Reflets d’Ombres la propose à son tour en ce beau mois de juillet au sommaire de son numéro 22, tandis que la revue Borderline me propose justement de l’inclure dans un prochain numéro !
Ceux qui ne l’aurait pas encore lu (ils sont inexcusables !) peuvent donc la lire en ligne, sans rien débourser, à l’adresse suivante : http://www.ombreflets.com/nouvelle-le-reveil-234.html
Bel été à tous !

lundi 5 juillet 2010

"Mortelles attractions" le retour

Je ne pouvais entamer de trêve estivale sans vous tenir informés des récentes évolutions concernant mon projet de recueil de nouvelles.
On en est à quel épisode déjà ? On ne les compte plus... Ce n'est plus un feuilleton, c'est une saga où la joie succède à la tristesse, où l'enthousiasme le dispute à l'effondrement et le rire aux larmes !
Je n'y croyais plus mais, là, les nouvelles sont bonnes ! Très bonnes !
Mon éditeur m'a donné le feu vert ! "Mortelles attractions" devrait sortir à la rentrée prochaine! Yes !
Certes, il ne bénéficiera pas d'un lancement et d'une mise en place aussi incroyables que "Les fantômes du Panassa", mais il sera édité !
Quelle joie et quel soulagement !
J'ai même reçu un premier projet de mise en forme : 300 pages de suspense et de meurtres.
Nous réfléchissons à la couverture...
Reste à signer le nouveau contrat...
Je vous tiens au courant... ASAP !

mercredi 30 juin 2010

Sous l'aile de l'ange

Lancé en mars 2006 (oui, vous avez bien lu : 2006 !) l'appel à texte de la huitième anthologie de récits imaginaires de Parchemins et Traverses (http://www.parcheminstraverses.com/) devrait bientôt trouver son aboutissement ultime, c'est à dire une belle publication papier !
Cette anthologie sur le thème "Afrique(s)" était présentée comme suit : "Tour à tour magique, envoûtante, rebelle et innovante, l'Afrique est pétrie d'une matière à rêves très particulière qui alimente nombre de phantasmes, idylliques ou sordides. Le temps d'un récit, devenez griot et racontez l'Afrique rêvée, ses contes, ses exploits, ses blessures, ses vérités cachées ou révélées, ses racines, ses ramifications ou ses possibles. Du Maghreb à la pointe du Cap, de l'Atlantique à l'Océan Indien, et pourquoi pas au-delà des mers, réinventez la magie et le mystère du continent qui a donné naissance aux Pyramides, au bois d'ébène, à Anansi et au vaudou. L'écho des tam-tams pourra résonner dans le Sahara, au sommet du Kilimandjaro, et même à Haïti, à la Nouvelle-Orléans, aux Antilles... dans tous les lieux où l'Afrique a émigré et imposé sa marque, dans le passé, le présent, et l'avenir."
Je ne pouvais, bien sûr, passer à côté d'une telle offre. J'ai donc plongé dans mes souvenirs africains pour en extirper un texte qui a été retenu pour publication.
Il s'appelle "Sous l'aile de l'ange".
Je viens de valider le BAT (bon-à-tirer).
Si tout va bien l'anthologie sortira en septembre prochain.

lundi 7 juin 2010

La balade de l'homme mort
















Projet de bédé : La balade de l'homme mort

En avant-première voici quelques dessins de Gilles Lemaire http://ozenne.blog.fr/ pour notre projet de roman graphique au titre hautement poétique de "La balade de l'homme mort" !
Le Pitch ? Un homme, ancien militaire, s'éveille dans un cercueil et constate qu'il est devenu un zombie. Se lançant à la recherche de ses assassins, il découvre qu'il a été victime d'une expérience scientifique destinée à faire de lui un super-soldat. Dans son enquête, il rencontrera d'innocentes victimes transformées en bêtes de laboratoire, affrontera une organisation secrète dépourvue de scrupules et réalisera que le temps est son pire ennemi puisque, comme tout bon cadavre, son corps se décompose petit à petit !
Non, non, ce n'est pas une bédé humoristique mais bel et bien une histoire noire et fantastique avec son lot de violence, de complots gouvernementaux, de manipulation et... un peu de sexe ! Un mélange de l'île du docteur Moreau, de la nuit des morts vivants et de roman noir !
Plusieurs dessins préparatoires ont été adressés à des éditeurs. On attend la réponse....

mardi 25 mai 2010

239ème jour

239ème jour...

J'ignore encore pourquoi je tiens ce journal de bord alors que tout semble désespéré ! C'est le calme blanc. Cette attente est interminable et désespérante. Songez-y : bientôt huit mois que je me suis échoué sur les hauts-fonds de l'édition et que j'attends une réponse de mon éditeur.
Je sais que mon manuscrit a été lu par le comité de lecture en janvier dernier et qu'il a été diversement apprécié, les notes s'étageant de 9,50/10 à 4/10 pour établir une moyenne à 6,95/10.
Parmi les lecteurs, il y a ceux qui ont adoré mes histoires noires et dérangeantes, ceux qui les exècrent et les autres, c'est à dire ceux qui ne s'attendaient pas à tomber sur des nouvelles ou sur du polar...
J'ai essayé de tenir compte des observations formulées et j'ai procédé à divers aménagements, coupes, corrections..., pour rendre mon manuscrit meilleur. C'était en février dernier. J'ai l'impression que c'était il y a des siècles.
Mon éditeur m'a d'abord dit "Ca devrait être bon. C'est publiable", avant d'adopter une position nettement plus circonspecte et d'envisager une nouvelle lecture du nouveau manuscrit par un nouveau comité de lecture.
Pourquoi pas ? Au cinéma on fait bien des projections-tests !
Quelque temps plus tard, sans nouvelles, je reprenais contact dans l'espoir de percer les mystérieux desseins des NA à mon égard.
L'argument mis en avant pour justifier cette non prise de décision fut d'abord la proximité du prix VSD, puis la sortie du livre primé, puis la tenue prochaine du prix Femme Actuelle et, bien sûr, cela va de soi, la sortie du roman du gagnant du GP FA.
Il me fallait donc guetter un creux...
Profitant d'une accalmie dans ce déferlement de prix, je décidai récemment de lancer une nouvelle bouteille à la mer, ou plutôt (c'est plus efficace) d'appeler derechef mon éditeur en chef.
L'échange fut cordial et plus franc qu'à l'accoutumée.
"Le lancement d'un second ouvrage est difficile et compliqué !", me fut-il expliqué. Des œuvres de bons niveaux, bénéficiant du soutien médiatique adéquat et de commentaires élogieux de la part de spécialistes, n'avaient pas eu le succès escompté. Il serait donc suicidaire de mettre en place 5000 exemplaires d'un bouquin qui ne se vendra qu'à 500 ! Et s'agissant d'un recueil de nouvelles, le pari est encore plus risqué !
Pour ceux qui en doutaient encore (mais ils viennent sans doute d'une autre planète), la réalité économique s'impose donc, aussi, dans le domaine littéraire.
"C'est là une logique que je comprends parfaitement", observai-je en proposant aussitôt une mise en place réduite et un travail de promotion forcené de ma part !
"Bien joué !" me direz-vous.
Pas si simple... car se pose à présent le problème du coût de fabrication d'un livre tiré à 500 pauvres exemplaires !
Une nouvelle fois la malédiction économique s'abattait sur moi !
Nous raccrochâmes de part et d'autre en bons termes. Moi heureux d'avoir eu une conversation franche et, désormais, davantage conscient des réalités du monde de l'édition et lui.... Eh bien, il faudrait lui demander.
Et quel est le sort réservé à mon recueil de nouvelles ? me direz-vous.
Je l’ai interrogé bien sûr et savez-vous ce qu'il m'a répondu ?
Je vais vous surprendre : "Tu seras fixé ASAP !" bien attendu !

mercredi 12 mai 2010

Couverture de ALIBIS 34 – printemps 2010 - avec ma nouvelle "Best Seller"


Best seller

"Best seller" ma nouvelle policière sort ce mois-ci au Canada dans le numéro de printemps de la revue Alibis http://www.revue-alibis.com/numero/2010/34.htm
Il s'agit d'un texte assez long. (54 000 signes). Pour les lecteurs, ce sera un avant-goût de mon recueil à venir (si un jour il sort !).
Ceux qui suivent mon blog connaissent déjà les péripéties qui ont précédé sa publication. Pascale Raud s'est démenée pour qu'elle figure au sommaire de ce numéro 34, je l'en remercie très chaleureusement.
Cette histoire a été écrite à l'automne 2008, peu après mon envoi des "Fantômes du Panassa" aux éditeurs. Je venais passer deux jours dans la belle ville de Nantes à l'occasion du festival international de la science-fiction des Utopiales. Il y avait là des auteurs consacrés tels que Philippe Curval, William Gibson, Laurent Genefort ou Pierre Bordage, d'autres moins connus, des stands de toutes sortes (manga, jeux de rôles, arts plastiques, BD, illustrations...) et un espace librairie où les auteurs dédicaçaient leurs livres. Je me souviens, c'était à l'étage.
Je suis monté en empruntant l'escalier roulant. En haut, j'ai observé les auteurs qui signaient, alignés en rang d'oignons. J'aurais bien voulu être à leur place. Ensuite, je me suis glissé jusqu'au stand des fanzines. Les malheureux avaient été mis à l'écart, dans un couloir chichement éclairé, comme des pestiférés (c'est du moins l'impression que j'ai eue !).
J'ai échangé deux ou trois mots avec eux avant de m'éloigner, un peu triste.
La cour des grands et celle des petits...
Accoudé à la rambarde du premier étage, j'ai observé la foule en contrebas. Au centre du hall, se tenait une conférence. Deux auteurs parlaient de leurs oeuvres, de leur travail, de leurs habitudes d'écrivain. Un petit public d'amateurs les écoutait religieusement. C'est à ce moment-là que l'idée de la nouvelle m'est venue, - une certaine forme de jalousie n'étant d'ailleurs pas étrangère à mon inspiration -, et que je me suis demandé ce que ferait un auteur frustré devant un tel parterre d'auteurs et d'éditeurs.
La graine était plantée. De retour à Paris, je n'ai eu aucun mal à coucher sur le papier mon histoire, inspirée de mon séjour à Nantes.
Avec cet éclairage, la psychanalyse du texte est facile à faire, je crois. Je ne m'y risquerai cependant pas.
Quelques semaines plus tard, je recevais un coup de fil des Nouveaux Auteurs...

Collectif Plumes Noires

Retrouvez deux des gagnants du prix Femme Actuelle 2010 sur le collectif Plumes Noires à l'adresse suivante http://plumesnoires.xooit.fr/index.php et communiquez avec eux !

dimanche 9 mai 2010

Le palmarès du grand prix Femme Actuelle du roman de l’été 2010

La remise des prix du grand concours Femme Actuelle 2010 a donc eu lieu le 3 mai dernier, je l’ai déjà dit, mais je n’avais pas encore dit les noms des heureux gagnants. Cette année, ils sont nombreux : pas moins de quatre pour cinq prix ! Il faut dire que ce nouveau millésime a vu la création de deux nouveaux accessits : le coup de cœur des lectrices de Femme Actuelle et le prix du thriller de l’été.
Une mention toute spéciale au « bouclier de Sainte Odile » d'Yves-Olivier Mulheim qui cumule les mentions Prix du roman de l’été et Coup de cœur de Paulo Coelho. Ce livre doit être vraiment exceptionnel !
Après « Les fantômes du Panassa », le coup de cœur du jury a été remis à « Chasse de tête » de Marie La Fragette
Le coup de cœur des lectrices de Femme Actuelle va à « Marie Roquelaine couleur sépia » de Renée Bescos
Et enfin le prix du thriller de l’été à « L'homme aux papillons » de David Moitet.
Une belle année se prépare pour les quatre gagnants auxquels j’adresse mes plus sincères compliments et vœux de succès.
Le roman d’Yves-Olivier Mulheim doit sortir dans les prochains jours, courez l’acheter !

vendredi 7 mai 2010

Prix du roman Femme Actuelle 2010

Je viens d’apprendre que les prix 2010 viennent d’être décernés !
Comment ? On ne m’a pas informé ? Pas invité ?
L’heure de gloire des « fantômes du Panassa » lauréat du prix du Jury 2009 est passée. SOB !
Gloire aux nouveaux lauréats !

mercredi 5 mai 2010

Alibis la revue canadienne du Polar

Alibis est sans conteste la meilleure revue professionnelle francophone de polar… peut-être parce que c’est la seule ! Malheureusement (c’est naturellement le point de vue d’un auteur Français !) elle est implantée au Canada !
Elle accueille très rarement des auteurs étrangers (ça se comprend !). Il est donc difficile d’être publié dans ses pages. Ma nouvelle « Un numéro introuvable » avait eu cette chance en 2008. C’était, avant « Les fantômes du Panassa », ma première publication professionnelle.
C'est-à-dire avec un contrat et un chèque à l’appui.
Je me souviens parfaitement de ce chèque de 117,39 dollars. Je m’en souviens parce que je ne l’ai jamais encaissé ! Pourquoi ? Peut-être parce que la conversion n’était pas favorable... Peut-être parce que les frais bancaires étaient exorbitants… Sûrement parce que ce que représentait ce petit rectangle de papier était beaucoup plus important à mes yeux que sa valeur nominale.
Deux ans plus tard, Alibis a retenu un autre de mes textes et a insisté pour qu’il paraisse malgré mes atermoiements (et ceux de mon éditeur) dus à une éventuelle publication dudit texte en recueil. (Cf. épisodes précédents)
La nouvelle s’intitule « Best seller ». Elle a même les honneurs de la couverture. Pascale Raud, la charmante coordonnatrice de la revue, m’a indiqué que les droits d’auteurs seraient cette fois versée directement en euros sur mon compte bancaire. Nul état d’âme à avoir donc…
Au sommaire de ce numéro figurent également :

· Serpents et échelles, de Richard Ste-Marie
· Le Bill’s, de Martine Latulippe
· La Chanson du film, de Pasha Malla
· Les Intuitions ne mentent pas, de Marc Proulx
· Une enquête de routine, de Maxime Houde

Côté article, une belle surprise (à défaut d’être une totale coïncidence) puisque vous y trouverez un article de David Sionnière, le lauréat du prix Alibis 2009, que j’avais rencontré lors du salon de Montigny les Cormeilles en octobre dernier. C’est une tradition pour chaque lauréat de venir à ce salon et d’en effectuer ensuite un compte rendu. David y évoquera peut-être sa rencontre avec un certain… Yves-Daniel Crouzet, puisque nous étions voisins de dédicaces !
La revue est difficile à trouver en France.
Les Parisiens la trouveront peut-être à la Librairie du Québec - 30, rue Gay Lussac - 75005 Paris (http://www.librairieduquebec.fr/ contact : libraires@librairieduquebec.fr ), les autres devront la commander directement à la revue. Avec l’actuel et très favorable taux de conversion euro / dollar canadien, ça ne devrait pas coûter trop cher !
Alibis : http://www.revue-alibis.com/numero/2010/34.htm

vendredi 30 avril 2010

RCF : l'intégrale de l'émission "A plus d'un titre" !

L'intégrale de l'émission de RCF "A plus d'un titre", présentée par Anne-Marie Vergnon et Jacques Plaine, consacrée aux Fantômes du Panassa et à votre serviteur, peut-être écoutée en cliquant ici :

http://www.rcf.fr/article.php3?id_article=317355&id_locale=49

Attention, ce lien s'autodétruira dans... quelques temps.

lundi 26 avril 2010

Un WE riche en (bonnes) surprises !

Un WE dans la ville de son enfance c’est toujours agréable. On y retrouve famille et amis, on rit, on évoque les vieux souvenirs, ont refait le monde, on déambule dans les rues du passé mais on découvre aussi les apports de la modernité (pas toujours malheureux, ne soyons pas grincheux !), on pousse la porte des libraires et des bouquinistes, on s’arrête pour prendre un tango à une terrasse (Eh oui, il faisait grand beau !), on découvre de nouveaux restaurants...
Alors, lorsque, en plus, se succèdent les agréables surprises, le WE devient tout simplement formidable.
J’étais invité à la 1001ème émission de « A plus d’un titre » sur RCF et à une dédicace et voilà qu’en bonus, j’ai eu droit à des rencontres et interviews avec les deux principaux journaux de la région, à une discussion autour des « Fantômes…. » avec les membres de l’association « Accueil des Villes Françaises » et… à deux autres séances de dédicaces impromptues !
L’émission littéraire animée par Anne-Marie Vergnon a été un pur bonheur. Elle a été diffusée à deux reprises et pourra être prochainement podcastée. La rencontre avec monsieur Jacques Plaine et son équipe était délicieuse, instructive et… trop courte ! Créateur de la fête du livre de Saint Etienne, auteur de deux ouvrages (« Souvenirs d’un libraire » et d’un recueil de ses chroniques littéraires) l’homme à mille souvenirs et encore plus de projets.
Les dédicaces sont toujours un bonheur, mais lorsqu’elles ont lieu chez Georges Fulchiron de MagPresse, elles sont aussi une fête. Mais saucisson et bordeaux à dix heures du mat’ était-ce bien raisonnable Georges !? Il faut croire que oui puisque ma main n’a pas tremblé et que les clients étaient ravis !
Bientôt, je reviendrai vous parler de mon actualité livresque ou plutôt « nouvellesque » puisqu’un de mes récits vient de paraître et a même eu les honneurs de la couverture !

mardi 20 avril 2010

Calendrier d'un retour au pays Gaga

J'effectuerai prochainement une petite escale stéphanoise.
Presque un an après sa sortie, "Les fantômes du Panassa" sera de nouveau à l'honneur.

Le programme est le suivant :

Vendredi 23 avril :

16h15 : Rencontre avec les membres de l'Association "Accueil des Villes françaises".
18h : Enregistrement public de l'émission radio "A plus d'un titre" dans les locaux de l'Université Jean Monnet de Saint Etienne.

Samedi 24 avril :

10h00 : Diffusion de l'émission "À plus d’un titre" : Réalisation Anne-Marie VERGNON.
10h00 - 12h00 : dédicace à la librairie MagPresse - 3 rue E Charpentier à Saint Etienne (près de la cité du Design)

Lundi 26 avril :

18 h15 : rediffusion de l'émission de samedi.

RCF : http://www.rcf.fr/article.php3?id_article=358630&id_locale=49

lundi 19 avril 2010

Jacques Plaine chronique un auteur stéphanois

L'association "Lire à Saint-Etienne" a pour objectif de contribuer au rayonnement du livre et de la culture dans la Loire.
Jacques Plaine, ancien libraire et fondateur de la Fête du livre de Saint-Etienne qu'il a présidée entre 1986 et 2001, y tient une chronique régulière.
Voici celle qu'il a récemment consacré aux "Fantômes du Panassa" :

Un polar à la stéphanoise. Pimenté comme il se doit de mots gagas. Mais juste ce qu'il faut pour le rendre gouleyant aux lecteurs d'ici tout en permettant aux « estrangers » d'en faire leur miel.
Un roman. Un pur roman vous dis-je. Mais un roman pour lequel l'auteur croit bon de préciser que "toute ressemblance avec des personnes, des événements, des lieux et des institutions ne serait que le fruit du hasard" a forcement quelques fantômes cachés dans les placards.
Christophe Chalier le « piozou » d'une petite bande de « garagnas » qui sévissaient dans les années soixante-dix dans le quartier du Clapier revient à Saint-étienne. Trente-cinq ans après. Intrigué par un mot envoyé de la Grand-Poste : « Bomaki est de retour. Il va recommencer ». Le voilà à Chateaucreux. A l'hôtel "Le Terminus du voyageur" (toute ressemblance… et cœtera). Il avait sauté dans le train sans prendre le temps de prévenir son ex-femme qu'il avait invitée au café de la Paix place de l'Opéra. « Et qu'est-ce que tu fiches dans ce trou ? » l'insulte-elle devant sa deuxième coupe de champagne qu'elle va devoir payer de sa poche.Cette petite bande c'était jadis la terreur du « Panassa ». Quatre galapiats qui se revendiquaient des Trois Mousquetaires. L'équipe avait explosé en vol le jour - la nuit plutôt - où l'un d'eux, Bernard Collardo, avait disparu happé par un faux camion de « gandous ». Sous les yeux horrifiés de ses copains. Les trois survivants ne s'en étaient pas remis et ne s'étaient jamais revus. Jamais. Ecrasés d'effroi et sans doute de remords.
Trois cent soixante pages de suspense pour découvrir la vérité. Qui a tué Collardo ? Et pourquoi ? Pour remonter le fil de l'histoire, retrouver la bonne piste, Christophe Charlier va arpenter la cité. En long, en large et en travers. Trois cent soixante pages à « faire » avec lui les rues de Saint-Étienne, celles de son enfance défigurées par le modernisme, retrouver ses terrains de jeu du Panassa massacré par les HLM mais aussi sillonner le Sainté d'aujourd'hui au gré de ses recherches. Même la rempailleuse de chaises de l'angle des rues Camille-Collard et Alsace-Lorraine aura sa place et son importance à l'heure du déballage final.
Je me suis - je l'avoue - agacé lors de la rencontre du « piozou » avec son pote Gascogne. Elle avait lieu sur le mur du barrage du Gouffre d'Enfer. Et sous un orage du diable. A se mouiller comme des rats. Et pourquoi ne vont-ils pas s'abriter sous la cahute où j'ai moi-même cent fois attendu le retour du beau temps ? Deux pages plus loin Christophe prenait son copain par le bras pour l'y entraîner ! Je vous le dis, lisez ce livre, vous vous retrouverez à la maison…même si vous n'avez pas vu disparaître votre meilleur pote dans la benne aux gandous !

mercredi 7 avril 2010

Soirée avec les Stéphanois de Paris

Sympathique soirée hier avec le Club des Stéphanois de Paris (http://www.stephanoisdeparis.fr/) dans une petite librairie du 10ème arrondissement qui mérite vraiment d'être découverte : "La plume vagabonde" au 32, rue de Lancry, tenue par deux passionnés Nacéra et Michel (www.laplumevagabonde.fr ) !
Une cinquantaine d'invités avait répondu présent à l'invitation du Club pour voir l'écrivain en chair (blême) et en os (friables) et surtout se retrouver, s'amuser et évoquer le Pays Noir.
Les maîtres de cérémonie François Massardier et Edouard Tissot avaient bien fait les choses, un vin agréable accompagnait les incontournables amuse-gueules et pains surprises. (Au fait, c'est quand déjà la soirée "Produits du terroir" ?)
Pour moi, cela a été, bien sûr, l'occasion de parler des "Fantômes du Panassa" et de rencontrer tout un éventail d'expatriés de tous les âges exerçant les métiers les plus divers. Il y avait même un producteur de cinéma ! Sans doute le seul et unique producteur stéphanois ! A coup sûr, le plus jeune : 25 ans ! Jérôme Grange.
Il aurait d'ailleurs pu être l'invité d'honneur de cette soirée puisque le film qu'il a co-produit " Le bonheur de Pierre " de Robert Ménard avec Pierre Richard et Sylvie Testud est actuellement sur les écrans (www.lebonheurdepierre.com/)
Toutes les photos non compromettantes de la soirée, ci-dessus !

jeudi 1 avril 2010

Que sont-ils devenus ?

Dans l'attente du sort réservé à mon recueil, j'ai récemment eu la curiosité de chercher à savoir ce qu'étaient devenus les auteurs révélés à l'occasion des précédents prix organisés par les Nouveaux Auteurs.
Certes, le recul n'est pas suffisant pour se faire une idée. Le premier "Grand Prix du roman de l'été Femme Actuelle" ne date en effet que de 2008 et le "prix du polar VSD" de 2009, mais il m'est apparu intéressant de voir si ces concours s'étaient avérés des tremplins pour les auteurs primés.

Le point de la situation (source http://www.lesnouveauxauteurs.com/) :

"Grand prix du roman de l'été Femme Actuelle 2008" :
- Grand Prix : "Le cercle du silence" par David Hepburn. Depuis, le beau David a publié "Prémonitions" en septembre 2009 (Note obtenue : 8,50 / 10) et il n'est pas près de s'arrêter !
- Coup de cœur du jury : " L'ange au sourire" de Yann-Hervé Martin. Un nouveau manuscrit déposé : "Jour de crise". Note obtenue : 6,83 / 10.
- Coup de cœur de Paulo Coelho : "A l'aube du 7ème sens" de Jérôme Manierski. Sauf erreur, pas de manuscrit déposé aux NA.

"Grand prix du polar VSD 2009" :
- Grand prix : "Opale" de Stéphane Lefebvre. Sauf erreur, pas de manuscrit déposé aux NA.
- Coup de cœur de Frédéric Beigbeder : "Mako" de Laurent Guillaume. Deux manuscrits déposés "Le roi des crânes" publié en février 2010 (note obtenue : 8,42 / 10) et "La louve de Subure". Note obtenue : 6,44 / 10.
- Prix des lecteurs : "Sang d'encre au 36" d'Hervé Jourdain. Un nouveau manuscrit déposé : "Entre rose et noir". Note obtenue : 6,93 / 10.

"Grand prix du roman de l'été Femme Actuelle 2009" :
- Grand Prix : "Au bord des cendres" de Jean-François Bouygues. Un nouveau manuscrit évalué : "A côté de vivre". Note obtenue : 6,17 /10.
- Coup de cœur du jury : "Les fantômes du Panassa" de votre serviteur. Un nouveau manuscrit déposé : "Mortelles attractions". Note obtenue : 6,95 /10.
- Coup de cœur de Paulo Coelho : "Les lames de Dieu" de Alexandra Rossi. Un nouveau manuscrit déposé : "Altaveran". Note obtenue : 6,56 /10.


On le voit, la publication d'un second ouvrage est loin d'être une généralité.
Le lancement d'un deuxième livre s'avère, c'est connu, difficile. Exit les bandeaux "Grand prix", "Prix du Jury", "Coup de cœur de...". L'ouvrage se retrouve tout à coup noyé dans la masse des publications. Pas facile, alors, de tirer son épingle du jeu.
Le travail d'un éditeur s'inscrit dans la durée et ne doit pas se contenter de "One shot". Le pari pour les Nouveaux Auteurs est maintenant d'accompagner et de faire grandir cette pépinière de nouveaux talents.
C'est là que j'ai eu ma grande idée....
Après le "Grand prix du roman de l'été Femme Actuelle", le "Prix du polar VSD", le "Grand prix littéraire GEO du roman extraordinaire", pourquoi pas un... prix "Ca m'intéresse" du meilleur second roman !

mardi 30 mars 2010

Petites horreurs entre amies

Les femmes sont affreuses !
Je déjeunais, ce midi, (pléonasme ?) non loin de trois d'entre elles.
La cinquantaine alerte, impeccables dans leurs tailleurs, visages parfaitement maquillés, coiffures savamment permanentées, elles discutaient entre copines...
La conversation débuta par les malheurs d'une de leurs collègues qui venait de perdre son fils dans un accident de moto. Après s'être, brièvement, apitoyées sur le sort de la malheureuse, elles en vinrent à évoquer les cas similaires survenus dans leur entourage.
Le nez plongé dans un plat de rognons de veau sauce madère, je ne pus faire autrement que de les entendre. (ma mère m'a pourtant cent fois répété de ne pas écouter aux portes, mais que voulez-vous on ne se refait pas...)
Il s'avéra bientôt que chacune connaissait quelqu'un (une amie, une collègue, une vague connaissance) frappé par cette terrible épreuve. Je percevais ici et là quelques mots : "... son fils unique... grillé dans sa voiture..." , "J'étais à l'enterrement... Le mari était complètement effondré. Une loque." "... pleurait comme un gosse... Sa femme faisait meilleure figure... mais il faut dire qu'elle a toujours été très dure...", "... certains ne s'en relèvent jamais... ", "Je connais quelqu'un qui a tout quitté après ça...". Quant à une autre, "plus courageuse", elle avait su "faire face, grâce au sport"
A ce dernier mot, la conversation tourna ensuite sur les victimes d'accidents, anciens sportifs, brusquement contraints à l'immobilité, "ça doit être terrible pour eux", "dans un fauteuil toute la journée", "... aurait mieux fait de mourir !", puis par un dernier revirement, au moment du dessert, sur les méfaits de la ménopause.
Il n'y avait aucune compassion ni dans le ton, ni sur le visage de ces femmes qui étaient aussi, probablement, des mères. Les mots utilisés étaient durs comme des pierres, de celles dont on se sert pour lapider.
Je ne suis pas naïf au point de croire que la douceur est l'apanage des femmes et la brutalité celle des hommes, mais je n'ai pu m'empêcher d'être stupéfié par cette conversation glacée.
Je me suis naturellement demandé si ces trois femmes étaient amatrices de thrillers.
Se délectaient-elles des ouvrages de Maxime Chattam, Frank Thilliez ou Jean-Christophe Grangé ?
Etaient-elles des fans de la série Dexter ?
Que pensaient-elles de Saw et de ses multiples séquelles ?
Pensif, je les regardais s'éloigner à la fin du repas et finis par conclure que Groucho Marx avait tort quand il disait que "l'homme est une femme comme les autres". C'est l'inverse qui est vrai !
Le plus ennuyeux dans tout ça c'est que maintenant, je me demande si, pour plaire aux femmes, mon prochain roman ne devrait pas être un peu plus... saignant !

mercredi 24 mars 2010

Soirée dédicace avec les stéphanois de Paris

Le tout nouveau club des stéphanois de Paris m'a récemment contacté pour une séance de dédicaces privée assortie d’un buffet apéritif.

Attention réservation obligatoire !

Tous les détails à l'adresse suivante :

www.stephanoisdeparis.fr

Prix Sang pour Sang Polar du premier roman policier

L'association "Sang pour Sang POLAR", avec Les Amis de San Antonio, organise les 12 et 13 Juin 2010 le salon du Polar du Nord Isère.
J'ai découvert, presque par hasard, que "Les fantômes du Panassa" avait été nominé pour participer au prix Sang pour Sang Polar du premier roman policier.

Tous les détails aux adresses suivantes :

http://www.sangpoursang-polar.com/

http://sangpoursang-polar.blogspot.com/

vendredi 19 mars 2010

Un processus de sélection compliqué.

Je viens d'avoir en ligne mon éditeur, au sujet de mon recueil de nouvelles.
Tiède le gars... Très tiède.

Bref rappel pour ceux qui n'auraient pas suivi :

1) 3 octobre 2009, j'adresse mon projet de recueil de nouvelles aux NA. L'éditeur m'assure d'une réponde rapide.
2) 28 décembre 2009, le manuscrit est transmis aux membres du comité de lecture des NA
3) 12 février 2010, leurs commentaires sont disponibles
4) 13 février 2010, j'entame les corrections et les échanges
5) 5 mars 2010, je transmets la nouvelle mouture
6) 19 mars 2010, entretien avec l'éditeur.

Il ressort de cet entretien qu'un nouveau processus d'examen est nécessaire. Un autre comité de lecture devrait donc être sollicité, pour s'assurer de la pertinence d'une publication.

En effet, les recueil de nouvelles se vendent beaucoup moins bien que les romans et deux options sont envisageables (trois, si on compte le refus) : une mise en place réduite chez les libraires (pas de grandes surfaces) ou une sortie technique (livre disponible exclusivement sur commande et via les librairies électroniques).

Délais de réponse ? Cf. supra !

mardi 16 mars 2010

Reserve Now !

Comment n'y ai-je pas songé plus tôt ? C'était pourtant évident et tellement simple !
C'est au détour d'un échange avec cette chère MY que l'idée m'est venue. Ou plus exactement, qu'elle me l'a insufflée. En douceur. Naturellement.
Pré-réserver mon nouveau bouquin !!
Elle l'a fait. Ses amis l'ont fait. "Et ils virent que c'était bon ! " Non, je déconne...
Toute la joyeuse bande des Crouzet's fans (ou des Crouzet's friends pour la branche dissidente) a réservé mon recueil de nouvelles sur le site des Nouveaux Auteurs.
Un acte d'engagement. Une preuve de confiance.
Curieux, je suis allé voir sur le site la démarche à suivre et c'est bête comme chou ! On ne vous demande même pas de numéro de carte bancaire. Rien. Juste un email pour vous prévenir au moment de la parution. Simple comme bonjour je vous dis, et sans engagement de votre part ! Juré !
Alors, à ceux qui ont aimé "Les fantômes...", à ceux qui aiment les nouvelles noires et cruelles, à ceux qui suivent ce blog, à ceux qui croient en moi, à ceux qui se disent "pourquoi pas ?", aux fidèles de la première heure et aux convertis de la seconde, aux infidèles aussi... A tous, je dis : qu'est-ce que vous attendez ? Réservez maintenant en cliquant ici : http://www.lesnouveauxauteurs.com/docs/reserver.php?id=3667 !

lundi 15 mars 2010

Pour Joël, Jean-Pierre, Christin, Xavier, Aline, Corinne et My !

Quelle divine surprise, ce déluge de messages ! http://ecritsetchuchotis.blogspot.com/2010/03/florilege-2.html#comments
Une soirée entre ami(e)s au cours de laquelle on rit, on parle, on boit et on… discute de mon roman. C’est presque trop beau pour être vrai ! C’est un canular n’est-ce pas ?
Vous me faites le coup du « dîner de cons » et je suis l’invité virtuel trop… naïf.
Non, vous ne pouvez être aussi cruels… Il y a de la sincérité derrière vos mots. Vos remarques et observations sont trop justes… Votre enthousiasme, vos compliments…, tout ça ne peut être feint !
Faute de mieux, c’est donc un merci collectif que je vous adresse, mais vous méritez tellement plus. Grâce à vous mon livre continue de vivre et n’est pas un simple produit de consommation.
Un livre qu’on partage avec ses potes, dont on parle, dont on se souvient..., c’est sans doute le plus beau compliment qu’on puisse faire à un auteur dans cette société du tout jetable.
Il n’y en a pas tant que ça...
Laissez-moi feuilleter mon petit carnet de lectures, le dernier en date ouvert en 2005.
168 livres lus depuis janvier 2005… Lesquels ont été marquants ? Je me souviens de… « La huitième couleur » de Terry Pratchett, formidable fantasy humoristique, de l’implacable uchronie « Fatherland » de Robert Harris, du monumental « Nécropolis » de Herbert Lieberman, du « Successeur de Pierre » de Michel Truong, chef d’œuvre universel, (sans doute le meilleur roman qu’il m’ait été donné de lire), du romantique et délicieusement suranné « La machine de Balmer » de Claude Veillot, de l’efficace « Hot Springs » de Stephen Hunter, du douloureux « Preneur d’âmes » de Franck Herbert (Eh oui l’auteur de Dune !), du malicieux et nonsensique « Cirque du Dr Lao » de Charles Finney et tout dernièrement de l’envoûtant et rugueux « La piste oubliée » de Frison Roche.
Ca en fait neuf. C’est tout. C’est peu.
Alors si mon livre arrive à trouver sa place dans votre petit classement personnel (pour Xavier ce sera plus facile !), alors je suis comblé !
Vive les Crouzet’s fans et friends !
A la votre !

vendredi 12 mars 2010

Florilège 2

Suite et fin des commentaires du comité de lecture des NA.

Cette fois, j'essayais d'identifier les nouvelles les plus faibles et ça a donné :


Quelles sont les cinq nouvelles que vous avez préférées ?

« Best seller ma tenue en haleine car jusqu'à la fin je me suis demandée qui était l'auteur.
Cinq à sept, ma donné des sensations, disons, un peu fortes !
Travail au noir et il y en a une autre qui m'a fait rigoler à éclater de rire . »

« 1/Un plan presque parfait (pour la chute)
2/L'invasion (personnage principal malade ou clairvoyant, le doute subsiste)
3/Mortelles attractions (diabolique)
3'/L'épilogue (car on retrouve les 2 personnages féminins de la nouvelle précédente qui apparaissent encore plus diaboliques et qui "rencontrent" certains personnages d'autres nouvelles avec une chute originale)
4/Soirée pyjama (chute surprenante : les piégeurs piégés!)
5/Le prédateur (pour la surprise à la lecture, 1ère histoire qui met directement dans le bain!)
Cela fait plus justement 6 mais je ne savais pas si on pouvait considérer l'épilogue comme une nouvelle et en même il fait partie de mes textes préférés... »

« Un numéro introuvable (recherche de l'inaccessible). Cinq à sept (là j'ai été amusé par cette femme qui joue avec son amant ), Travail au noir, Best Seller (le plagiat et la journaliste qui poursuit le coupable comme un vautour autour de sa proie). Mortelles attractions et cela a été dur de n'en choisir que 5. Elles sont toutes bien. »

« Huis clos -l'ombre et la gloire -mortelles attractions -itinéraire bis -affaire Bouvier-d'Ortun
Pourquoi ? elles ont en commun d'être des nouvelles "abouties", avec un déroulement complet tout en laissant le lecteur libre d'en interpréter la conclusion. Elles sont variées. Du suspens, qui maintient le lecteur en haleine jusqu'au bout. Une écriture alerte, dynamique, une crédibilité dans le choix de ces nouvelles, bonne analyse des personnages »

Quelles sont celles qui devraient être écartées car, plus faibles, où parce qu'elles s'intègrent mal dans l'ensemble ?

« Même les chiens, m'a un peu offusqué à la fin car je ne m'attendais pas à cette chute ! »

« 1/ Itinéraire bis (vraiment trop macabre et ce, un peu gratuitement...)
2/ L'ange et le matou (plus faible) »


Finalement, ce ne sont pas ces nouvelles-là que j'ai écartées. Comme je les aimais bien, je les ai retravaillées pour leur offrir une seconde chance.
Comme le montre les réactions des membres du comité de lecture, il y a ceux qui ont adoré, ceux qui ont détesté et ceux… qui ont été déstabilisés.
D’où l'importance de bien "cibler" son lectorat !
Le titre du recueil qui, avec la couverture, constitue le premier contact avec le livre, sera donc déterminant.
Je ne conserverai pas « Mortelles attractions ». J’aimais pourtant cette idée de corps qui s’attirent irrésistiblement, au-delà de leur volonté, pour leur plus grand malheur. Il reflétait bien l’idée générale du recueil, mais il n’était sans doute pas assez explicite.
Je vous rassure, cette fois, je ne lancerai pas de nouveau concours.

J’ai d'ailleurs déjà un ou deux titres en tête…

mercredi 10 mars 2010

Florilège 1

Comme promis, quelques réactions des membres du comité de lecture piochées ici et là :

« J'ai tellement adoré que je n'aurais rien modifié. Il faut peut-être voir avec ceux qui vous ont moins noté. »

« Personnellement votre titre ne m'a pas accroché. Je l'aurais changé mais pas pour un titre d'une autre nouvelle, sinon mieux vaut garder celui-là. Un titre qui permet de faire ressentir au lecteur la séduction, le meurtre, le pouvoir, la recherche de l'inaccessible. »

« Je suis quelqu'un de très émotif, donc vous comprendrez ma réaction sur certains textes ! »

« En recevant le manuscrit, je m'attendais à lire une histoire, certes avec plusieurs personnages, mais pas des nouvelles ! »

« Je suis momentanément indisponible, je ne pourrais donc pas répondre à vos attentes. »

« Je peux juste vous conseiller de donner du rythme, du mouvement à vos œuvres. Jouez sur la respiration et sortez du cadre scolaire sujet_verbe_complément. »

« J'ai bien reçu votre mel mais le temps me manque pour me replonger dans votre livre. Je ne peux donc pas répondre à vos questions. »

« Je voulais relever un point que j'ai oublié de mentionner lors de mon évaluation et qui concerne l'épilogue de votre manuscrit. J'ai trouvé cet épilogue très intéressant et original. »

« Je tenais à vous féliciter car j'ai vraiment adoré vos nouvelles. »

A suivre...

vendredi 5 mars 2010

Deuxième étape

Voilà, j'ai rendu ma copie !
Depuis la mise à ma disposition des fiches du comité de lecture, j'ai bien bossé.
J'ai relu attentivement chaque texte, fait des corrections et écarté trois nouvelles qui ne relevaient pas directement du polar ou qui étaient plus faibles.
Ce n'est pas évident de tenir compte des remarques des lecteurs. Surtout lorsqu'elles sont divergentes !
J'avais demandé à chaque membre ses cinq textes préférés et les cinq qu'il avait le moins aimés et les réactions ont été... contradictoires.
Je m'y attendais un peu. La nouvelle, contrairement au roman, provoque une réaction immédiate du type "j'aime" ou "'j'aime pas", "c'est bien" ou "c'est pas bien".
Le roman, parce qu'il s'inscrit dans la durée et la profondeur, imprègne davantage le lecteur et suscite sa réflexion. On ne le quitte pas aussi aisément. Son atmosphère, son "odeur" vous poursuivent plusieurs heures encore. Parfois plusieurs jours.
Je n'ai pas voulu édulcorer les scènes que certains avaient jugées trop "hard" ou "crues". Elles ne sont pas, je crois, gratuites et servent le récit. D'ailleurs les scènes de sexe ne sont finalement pas nombreuses. Le sexe est au cœur de plusieurs récits sans pour autant que le contenu de ceux-ci soit pornographique.
Disons que ce recueil s'adresse à un public d'adultes. Que les frileux et les timorés passent leur chemin.
Je remercie les membres du comité de lecture qui ont bien voulu répondre à mes questions (cela n'a pas été le cas de tous et notamment de ceux qui m'avaient mal noté. J'ai d'ailleurs trouvé cela amusant. Il est plus facile de détruire que de construire n'est-ce pas ?) Leurs avis m’ont été d’une grande aide.

Je vous livrerai bientôt un petit florilège des réponses obtenues...

mardi 2 mars 2010

Commentaires complémentaires

Quelques commentaires complémentaires sur mon recueil que vous ne trouverez pas sur le site des Nouveaux Auteurs l’accès en étant réservé aux auteurs.
A rapprocher de ceux visibles à l'adresse suivante : http://www.lesnouveauxauteurs.com/docs/livre.php?id=3667

« 1. Autres commentaires : Pour un premier livre, je n'ai pas été gâté Vite le suivant.

2. Points à améliorer : le passage sur la pédophile, et un trop hard

3. Quels sont les aspects qui vous déplaisent ? Certaines scènes de sexes sont vraiment approfondies, ce qui en fait automatiquement un livre pour adultes. Cependant cela ne nuit pas au livre car cela met bien les personnages dans la surprise, le suspense et la mort. Et surtout cela ne devient pas vulgaire !
Autres commentaires : Tout est impeccable sauf le titre peut-être. Excellent livre de nouvelles.

4. Quels sont les aspects qui vous déplaisent ? Certaines histoires m'ont choqué par leur violence : Huis clos, Itinéraire bis, ... J'ai trouvé que certaines histoires étaient longues pour une nouvelle : L'ombre et la gloire, Huis clos. Que d'autres n'étaient pas abouties : L'ombre et la gloire, l'ange et le matou.. Que certaines n'étaient pas appropriés : Sylvia, L'invasion
Je pense que le style utilisé selon les nouvelles correspond bien à l'attitude des personnages. Certaines nouvelles sont lourdes en description alors que d'autres paraissent trop légères.
Points à améliorer : Je pense que certaines nouvelles sont à améliorer : - L'ange et le matou : rythme de l'histoire - L'ombre et la gloire : pas assez d'explication sur le comportement et la démarche de Gilbert Klein au début de sa nouvelle - Sylvia : je n'ai pas bien compris la chute et les personnages - Huis clos : trop long - L'invasion : incompréhension de cette nouvelle, pas assez de détails sur la personnalité du personnage principal - Itinéraire bis : pas d'explication concernant la chute
Autres commentaires : Pour un premier manuscrit, j'ai été séduite par le genre du livre et la diversité du style littéraire.

4. Quels sont les aspects qui vous déplaisent ? Ce qui manque pour un réel classement dans la catégorie "polar" c'est la partie enquête policière pour la découverte du coupable .

5. Si l’auteur acceptait de retravailler son manuscrit seriez-vous prêt à redonner votre avis : Bien sûr, mais je ne sais pas si je serais très objectif car je crois que je suis devenue fan !!

6. Quels sont les aspects qui vous déplaisent ? Le thème même n'ai pas véritablement ma tasse de thé, à forte dose (trop noir) mais ce n'est que mon goût personnel et ça ne retire bien évidemment rien à l'efficacité des différentes nouvelles : bonnes intrigues, bonnes structure, etc.
Autres commentaires : Comme mentionné plus haut, je ne suis pas fan de ce genre d'histoires à forte dose (du fait du thème même) mais j'ai tout de même apprécié de lire ce recueil que je trouve efficace tant dans son style que dans son contenu.

7. Quels sont les aspects qui vous déplaisent ? L'écriture en elle même n'a aucune originalité on est dans un style scolaire prémâché, la volonté de détails mène à l'ennui.Ca manque de souffle et d'énergie et on se remercie que ce ne soit que des nouvelles sinon on n'en aurai pas encore fini. Il y a une réelle langueur à la Lovecraft mais sans apporter l'univers et l'ambiance lourde de sens que ce grand auteur nous inspirait.
Points à améliorer : Il faut alléger l'écriture la rendre plus souple, adapter le rythme à l'histoire. L'idée des "attractions" est plutôt bonne et la façon dont s'est traitée est parfois original. mais l'écriture casse tout. Il faut réellement retravailler le rythme insuffler l'énergie à toutes ces histoires et sortir des sentiers battus des grands maîtres parce qu'à certain moment on se croirait dans un pastiche.
Si l’auteur acceptait de retravailler son manuscrit seriez-vous prêt à redonner votre avis : Oui car je pense réellement qu'il y un bon potentiel dans ce livre même s'il a du mal à s'exprimer pour l'instant
Autres commentaires : Je sais que j'ai noté dur mais j'ai essayé d'être réaliste et de faire des remarques constructives. Parce que bien écrit ce livre pourrait réellement être agréable à lire.

8. Quels sont les aspects qui vous déplaisent ? Trop dense, un travail d'élaguage semble s'imposer, l'auteur pourrait tirer deux recueils de son ouvrage.
Points à améliorer : Franchement, je ne suis pas certain que les épisodes concernant des problèmes de plagiat et de détournements de manuscrits intéressent beaucoup de monde. Je conseillerais à l'auteur de se livrer à des coupes sévères, à choisir ce qui lui paraissent les "meilleures" histoires, et à produire un ouvrage contenant entre 120 et 160 pages. »

A partir des fiches complètes j’ai engagé le dialogue avec chaque membre du comité de lecture.
Je vous tiens au courant de la suite des évènements… ASAP bien sûr !

mardi 16 février 2010

Recueil : des news et des notes.

La compilation des fiches de mon recueil de nouvelles est enfin terminée.
Elles sont visibles sur le site des Nouveaux Auteurs à l'adresse suivante : http://www.lesnouveauxauteurs.com/docs/livre.php?id=3667
L'échantillon est assez hétérogène, tout comme les réactions. Une constante toutefois : mon recueil est destiné à un public adulte, voire averti. Je le savais, c'était voulu. Certains membres du comité de lecture ont sans doute été un peu surpris.
Deux notes en dessous de la moyenne, huit au-dessus.
Une moyenne générale de 6,95 / 10 en appréciation d'ensemble et de 7,35 / 10 au plan littéraire.
Quatre coups de cœur, dont trois sensibles aux récits grinçants et dont deux soulignent l'ironie et l'humour noir.
L'étape suivante consistera à bonifier l'ensemble. Le recueil gagnera sans doute a être resserré. Les textes les plus faibles seront donc froidement éliminés. Les autres améliorés (mais non expurgés !)
J'attends maintenant les remarques de fond. C'est la prochaine étape.
Le recueil sera-t-il publié ?
Tout dépendra de l'étape N° 2.
L'attente recommence...

PS : La revue canadienne Alibis (http://www.revue-alibis.com/numero/2010/33.htm) publiera finalement ma nouvelle "Best seller" au printemps. Trop cool !

lundi 15 février 2010

Retours sur le salon Zone Franche 2010 à Bagneux

Les fans étaient venus nombreux au salon Les Mondes Imaginaires de Bagneux le WE dernier. Presque autant que les exposants, c'est vous dire !
Habilement dissimulés dans un angle de la salle (non loin des radiateurs, vieux réflexe) Laurent Girardon, le tyrannique rédacteur en chef de Black Mamba, et moi-même, d'abord timide dans son ombre, avons vite déployé des trésors d'ingéniosité pour attirer le chaland, tour à tour chantant, jonglant et simulant de féroces combats, le summum ayant été atteint vers 16 heures où je fus sommé d'improviser un strip-tease !
Je dois dire que nous avons été grandement soutenus dans nos efforts par Alexis Ferrier (http://www.alexisferrier.com/) notre sympathique et talentueux voisin qui, entre deux dédicaces de "Géo et la planète rose", de "Le Kornimon" ou de "Géo et la planète noire", a retapissé les cloisons derrière nous, de dessins hilarants (que j'ai tous ramenés à la maison et que vous trouverez prochainement en vente à prix d'or sur e-bay !)
Non loin, sur notre droite, stoïque devant ce feu d'artifice non-sensique Vinz el Tabanas http://www.lemiroirdestempliers.com/ réalisait de somptueux dessins pour son album "Le miroir des Templiers". Il faut dire, à sa décharge, qu'il est difficile de gesticuler en dessinant (tout autant que l'inverse) !
Grâce à nos efforts, cette stratégie commerciale dynamique et volontaire (agressive, diront les grincheux !) a été payante, et les ventes de Black Mamba - le meilleur pulp magazine de la zone euro - ont décollé de façon significative. J'ai d'ailleurs encore, sur les lèvres, le goût de sel de Gérande de nos admiratrices déchaînées et, à l'oreille, l'agréable tintement des pièces de monnaie (jaunes pour la plupart !) dans les poches... de Laurent.
En ce lundi, totalement dégrisé, je tiens toutefois à présenter mes excuses aux centaines de visiteurs que j'ai outragées par mes débordements intempestifs, ainsi qu'aux festivaliers dont j'ai parfois brisé le recueillement (pour ne pas dire la sieste !).
La journée du samedi a malheureusement été endeuillée par la remise du prix de la meilleure nouvelle à Olivier Gechter alors que je m'étais préparé à cet honneur en préparant un superbe discours (en fait, celui du prix Femme Actuelle que j'espérais bien replacer pour l'occasion car, si vous vous en souvenez, à l'époque, je n'avais fait que le balbutier !)
Pas rancunier, j'ai quand même accepté le verre offert par Olivier et acheté sa nouvelle lauréate. Il s'agit de "Le Ferroviphate" parue chez dans le numéro 13 de AOC Présence d'Esprits (http://cms.presences-d-esprits.com/index.php), dont je recommande chaudement la lecture à tous. Cet homme a du talent et, ce qui ne gâche rien, il est sympathique et bourré d'humour ! Son site le prouve amplement : http://gechter.org/blog/
Bravo à lui !
Pour la première fois de ma vie, je rencontrais aussi (et enfin) mon ami d'écriture Cyril Carau (http://sombres-rets.fr/) et, là, je dois vous dire que ce fut un instant de pur bonheur, surtout lorsque je le vis accompagné de sa sœur Laetitia qui a signé l'excellente nouvelle "L'absent" dans Ananké N° 2.
Je plaisante... Cyril, « c'est toi que je t'aime … vachement beaucoup !! »
Le Marseillais, qu'on aurait pu croire perdu dans cette banlieue parisienne, nous a livré une excellente prestation à son stand où il proposait toute la gamme des éditions Sombres Rets : Ananké, L'Ange de Marseille et son petit dernier "Pouvoir et Puissance", entouré d'auteur(e)s maisons.
Mais deux jours sont bien vite passés et le temps nous a manqué pour refaire le monde. J'espère donc que le bougre reviendra vite sur Paris.
Un clin d'œil pour terminer à Jacques Fuentealba (http://mandesandre.blogspot.com/) qui m'a fait découvrir un genre littéraire injustement méconnu et marginal : la micro nouvelle. Exercice périlleux et jubilatoire qui consiste à raconter une histoire (généralement grinçante et amusante) en une seule ligne. Cela nécessite un travail de concision (vous l'auriez devinez !) mais aussi de rigueur et d'inventivité pour trouver la formule adéquate et la chute de circonstance.
Vous pouvez trouver ses autres nouvelles (au format normal), entre autres, chez Parchemins et Traverses, dans l'anthologie Les Sombres Romantiques parue aux Editions du Riez (http://www.editionsduriez.fr/18.html) pour le récent "Les sombres romantiques", dans Black Mamba, Borderline, AOC et probablement sur une foultitude d'autres supports car ce diable d'espagnol à queue de cheval est partout !

lundi 8 février 2010

Goules, fantômes et farfadets et, ici et là, un ou deux extra-terrestres !

Petit rappel pour ceux qui auraient perdu leur agenda : le week end prochain se tiendra à Bagneux (92) le festival de l'imaginaire. http://www.bagneux92.fr/actu/essentiel/festival_zone_franche2010/mondes.html
Une bonne occasion pour rencontrer extraterrestres, trolls, goules, elfes et farfadets de tout poil, mais aussi des auteurs (écrivains, dessinateurs, éditeurs...) explorateurs de ces multiples territoires de l'imaginaire.
J'y serai avec Black Mamba, la revue 100% Pulp, mais on devrait aussi trouver quelques uns de mes textes sur divers stands : sur celui de mon ami Cyril Carau (Outremonde, Ananke, Sombres Rets), mais aussi sur ceux d'AOC, Eclats de rêves et de quelques autres !
A vous de les trouver !
A vous de me trouver !
Petit indice : j'aurais aussi avec moi quelques exemplaires de mon roman au cas où un amateur de polars égaré, se présenterait.

mercredi 3 février 2010

Y'a-t-il une vie après le prix du roman de l'été Femme Actuelle ? (suite)

C'est avec beaucoup d'enthousiasme que j'ai suivi les récents échanges des candidats du prix du Polar VSD 2010. Que de souvenirs ! Tristes d'ailleurs !
Pour un nouvel auteur, c'est le rêve absolu : la publication à compte d'éditeur avec une vraie et grande diffusion.
Oui, pensais-je, être publié ne serait-ce qu'une fois. Rien qu'une fois...
Voir son livre dans les bacs des librairies et à la Fnac (je n'avais alors pensé ni à Auchan, ni à Monoprix !) et plus tard chez les bouquinistes (j'adore les bouquins d'occasion !)
Ce qui adviendra après, me disais-je, n'aura que peu d'importance. Ce ne sera que du "rab de bonheur"
Sauf que... sauf que, eh bien on y prend goût au truc.
On s'enivre vite de cette succession de moments forts : la remise des prix, la première dédicace, le premier salon (et on oublie les gamelles : signature d'une poignée de livres au rayon boucherie chevaline d'une grande surface !)
Mouais, on y prend goût. On a envie de continuer et c'est bien légitime. D'abord parce qu'écrire c'est ce qu'on a toujours voulu faire et, ensuite, parce que la porte des rêves a été poussée.
C'est pourquoi j'attends avec une telle impatience le verdict de mon éditeur sur mon projet de recueil de nouvelles policières. C'est mon deuxième pas dans le monde de l'édition. Faudrait pas que je trébuche. Pas que je me rétame la g... par terre.
Et c'est là, que ce blog, qui a déjà servi à faire partager ma petite expérience, peut encore se révéler intéressant.
Car, heureux finalistes et futurs lauréats, vous vous poserez peut-être un jour les mêmes questions que moi.
En effet, la publication d'un second ouvrage n'est pas automatique (fort heureusement, d'ailleurs). Le comité de lecture citoyen des Nouveaux Auteurs veille au grain. Il continue de jouer son rôle et à fourbir ses fiches.
Alors, bien sûr, ça fait peur.
Mon nouveau projet est moins "grand public" que le précédent. Oh, il n'est pas élitiste, rassurez-vous. C'est juste une constatation : les français lisent moins de nouvelles que les anglo-saxons. Les auteurs français en écrivent donc moins (j'ai d'ailleurs rédigé un long message à ce propos, il y a quelques mois).
Le comité de lecture se trouve donc peut-être confronté à un exercice inhabituel pour lui. On aime ou on n’aime pas un roman, c'est simple, c'est net. Mais un recueil de nouvelles ? C'est moins aisé à dire. Les récits sont par nature inégaux : certains sont bien, d'autres le sont moins. Des lecteurs trouveront une chute prévisible alors que d'autres seront agréablement étonnés. Le traitement, le thème, seront jugés classiques et sans surprise VS non, c'est surprenant et novateur.
Je me suis vite rendu compte au travers de mes diverses publications en revue, que ce qui était apprécié par Paul, ne l'était pas forcément par Pierre. Question de sensibilité, de culture, d'habitude, de moment aussi !
Mon éditeur que je viens de relancer (quand est-ce que cela devient du harcèlement, au fait ?!) m'a indiqué qu'il compilait les fiches de mon recueil.
"Compiler" ? Ouah, ça fait trop peur ! Compiler, cela veut dire recueillir ? Traiter ? Sélectionner ?
Je regarde illico dans mon dictionnaire pour savoir ce qu'il fait au juste. Le Petit Larousse me dit : "Réunir des morceaux d'œuvres littéraires pour en tirer un ouvrage" C'est bon ça, non ?! Plus loin : "Plagier les textes d'un auteur" Hou ! C'est pas cool ça ! Plus loin encore : "Traduire en langage machine un programme établi en langage évolué". J'ai un doute, là ! (Ne riez pas, à l'heure du livre électronique, tout est possible !)
Bref, il fait ce qu'il doit faire et comme vous, amis candidats, qui êtes en attente de décisions, j'attends.
J'attends que mon éditeur... compile. Est-ce qu'on peut compiler longtemps ? Et si oui, est-ce que c'est bon signe ?
Moi je trouve que ça fait longtemps, en tout cas. Trop. Y'a trop de trucs à compiler. C'est pas bon signe
D'un autre côté, s'il n'avait rien à compiler, ce ne serait pas bon signe non plus.
J'ai besoin d'une boule de cristal, là je crois.
Ou d'un peu de patience.
Sauf que c'est un truc que je n’ai pas en magasin, la patience.
Mes proches vous le diront : "quel impatient, c'lui-là!". Comme ça qu’y disent ! Ouais ! Mot pour mot. "Quel impatient, c'lui-là !"
Comment il a dit déjà mon éditeur dans son dernier courriel... Ah oui, qu'il me "tient au courant ASAP".
ASAP ?
Putain, faut encore que je regarde dans le dictionnaire !

mardi 2 février 2010

Prix « VSD du Polar » et du « Roman de l’été Femme Actuelle », millésime 2010

Je suis ravi et honoré que mon petit « carnet de blog » qui a enregistré tout au long de l’année 2009 mon sismogramme personnel (il continue encore, d’ailleurs !) puisse aujourd’hui servir de repère à quelques un(e)s pour les concours 2010 des prix « VSD du Polar » et du « roman de l’été Femme Actuelle ».
Dans un esprit totalement égotiste, j’ai d’abord conçu ce blog pour graver dans la trame de la Toile le récit de ma petite aventure personnelle (et la remâcher ensuite a satiété quand je serai plus vieux !).
Je suis heureux de constater qu’il est aujourd’hui un peu plus que ça : un témoin et un vecteur d’échanges !
Les comités de lectures sont encore au travail. Les candidats attendent. Les questions fleurissent. Quelques informations filtrent pourtant déjà…
Je souhaite tout particulièrement BC (ou m….) à Clélia la battante, (qui a déjà publié un premier roman à compte d’auteur : « Bleu Pareil » disponible sur Amazone) et à Véro, la discrète, qui, alors qu’elles doivent traverser de douloureux moments d’angoisse ont trouvé le moyen de me prodiguer réconfort et encouragements à moi, lauréat de l’un des prix de l’année dernière. Si ce n’est pas de l’altruisme ça !
Deux perles qui, si leur ouvrage est le reflet de leur âme, méritent bien de monter sur le podium.

Pour le prix VSD, je signale le blog de Florence Dell’aiera-Morey ( http://catharsisleroman.canalblog.com/archives/concours/index.html) et… celui du mystérieux FXC (http://threeleurre.over-blog.com/article-prix-polar-vsd-2010-suspense--43760948-comments.html#c)
Dans l’un des posts JD indique qu’il a reçu un appel des Nouveaux Auteurs et dans un autre MAD aussi… Deux finalistes ? Suspense !